Napoléon (1800-1815) | Le 19ème siècle

1392-PARIS-AU-19EME-SIECLE-NAPOLEON-REPUBLIQUES-ROIS

Le Sacre de l’empereur Napoléon 1er et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 – Jacques-Louis David (1748-1825) – Source : Wikipedia – Domaine public

Napoléon Bonaparte

La période napoléonienne, de 1799 à 1815  est guerrière, meurtrière, coûteuse. Napoléon est expansionniste,  il entreprend des conquêtes occidentales et lointaines et reste ainsi, le plus souvent, sur des champs de bataille. Ses victoires sont sa gloire, éphémère, mais ses défaites entraînent sa chute.

Le Consulat : Du 9 novembre 1799  (18 Brumaire an VIII) au 18 mai 1804.

C’est le régime français issu du coup d’Etat du 18 Brumaire an VIII qui renverse le Directoire. Napoléon Bonaparte est le Premier des  trois consuls. En 1800, il s’installe aux Tuileries.

Napoléon Bonaparte devient Consul à vie : Le 4 août 1802.

Le 24 décembre 1800, Napoléon Bonaparte échappe à un attentat meurtrier, rue Saint-Nicaise, aujourd’hui disparue (1er arrondissement). Quatre sur cinq des  conspirateurs royalistes sont guillotinés place de l’Hôtel de Ville,  le 21 avril 1802, le cinquième a pu se cacher. Par la Constitution du 4 août 1802, après un vote populaire, Napoléon Bonaparte devient Consul à vie.

L’exécution du duc d’Enghien : Le 21 mars 1804.

Bien qu’ayant mis un terme aux insurrections des Vendéens et des Chouans, un complot fomenté par les royalistes est  découvert en 1804. Les conjurés, Georges Cadoudal  et Jean- Charles Pichegru  qui avaient tenté de gagner à leur cause le général Jean-Victor- Marie Moreau sont rapidement arrêtés. Cadoudal, lors de son interrogatoire, avant d’être guillotiné, indique aux policiers le nom de Louis-Antoine de Bourbon-Condé, duc d’Enghien. Le prince de sang émigré à Ettenheim, en Bade, est alors considéré par Bonaparte comme la tête pensante de cette conspiration. Le Premier consul ordonne donc à ses soldats de franchir le Rhin, afin d’enlever le duc d’Enghien. Le duc d’Enghien, fait prisonnier,  amené à Paris, est jugé sans témoin, ni défenseur, par un tribunal militaire, puis exécuté à Vincennes le 21 mars 1804. Cette exécution est vécue  par les royalistes comme une révoltante erreur judiciaire.

L’Empire : Du 6 novembre 1804 au 6 avril 1814.

Un acte voté par le Sénat, proclame Napoléon Bonaparte « Empereur des Français » et  un plébiscite confirme cette désignation, le 6 novembre 1804. Le 2 décembre  1804, Napoléon Premier est sacré Empereur, à Notre-Dame. Il se couronne lui-même, en présence du Pape Pie VII  et couronne son épouse, son amour, Joséphine de Beauharnais.

L’enlèvement et la déportation du pape Pie VII : Du 20 juin 1812 au 23 janvier 1814.

Après l’occupation militaire de Rome, le 2 février 1808 et l’annexion des Etats pontificaux à l’Empire, le pape, le 10 juin 1809, excommunie Napoléon et refuse d’abandonner sa souveraineté temporelle. Napoléon fait arrêter le pape et le déporte dans le midi de la France, puis à Fontainebleau,  où il restera prisonnier du 20 juin 1812 au 23 janvier 1814. Napoléon, vaincu, est contraint de rendre au pape les Etats pontificaux. Pie VII retrouve le Quirinal le 24 mai 1814, mais le quitte à nouveau, chassé par  Joachim Murat, lors des Cent-Jours. Il y revient définitivement le 22 juin 1815.

La fin de l’Empire : Le 11 avril 1814.

En 1810, l’Empereur répudie Joséphine et épouse Marie-Louise d’Autriche qui lui donne le fils souhaité.

Le passage de la Bérézina, lors de la retraite de Russie en 1812, qui anéantit des milliers de soldats symbolise le coût élevé, en vies humaines,  du pouvoir napoléonien. Le 16 octobre 1813, Napoléon est battu à Leipzig, ville allemande  de Saxe, par les armées réunies des Alliés qui entrent en France, en décembre. En mars 1814, Paris est vaincu et le Tsar Alexandre 1er y fait son entrée à la tête des Alliés. Le 11 avril, Napoléon signe l’abandon de son trône. Il devient souverain de l’Ile d’Elbe et dispose de mille deux cents hommes de troupe.

La première Restauration : Du 13 mai 1814 au 19 mars 1815.

Charles-Maurice de Talleyrand, à la tête d’un gouvernement provisoire, provoque le décret sénatorial, qui, au début d’avril, rappelle Louis XVIII, de la branche des Bourbons, exilé, petit-fils de Louis XV et frère de Louis XVI, sur le trône et négocie, avec les Alliés, le Traité de Paris du 30 mai 1814. Le nouveau roi de France et de Navarre, qui n’aura pas de sacre, octroie à la France une charte qui prévoit un régime constitutionnel et démocratique. Le Congrès de Vienne rassemble les belligérants pour rechercher un accord durable de paix. Louis XVIII,  tend vers la Monarchie, par exemple en réhabilitant le drapeau blanc contre le tricolore et facilite, sans le vouloir, le retour de Napoléon.

Les Cent-Jours, le retour de Napoléon : Du 1er mars 1815- 7 juillet 1815.

Fin février 1815, l’Empereur s’échappe de l’Ile d’Elbe avec sa troupe. Le 13 mars, le Congrès de Vienne proclame Napoléon Bonaparte hors-la-loi parce que perturbateur de la paix européenne. Napoléon rentre à Paris le 20 mars 1815, Louis XVIII s’exile le même jour. Napoléon reprend la guerre et la perd, à Waterloo, près de Bruxelles, le 18 juin 1815. La bataille est gagnée par l’armée des Alliés, Britanniques, Allemands, Néerlandais, commandée par le duc de Wellington et l’armée des Prussiens du Maréchal Blücher. Le 22 juin 1815, Napoléon signe sa seconde abdication. En novembre 1815, un nouveau Traité de Paris est signé. La Grande-Bretagne qui possède le plus grand empire du monde s’engage dans la maîtrise des mers et le maintien d’un équilibre européen.

La déportation de Napoléon 1er.

Au début d’août, Napoléon est déporté par les Anglais. Sur le navire de ligne Northumberland, il prend la mer à destination de Sainte-Hélène, une île austère, britannique, au milieu de l’Océan Atlantique sud. Exilé, Napoléon écrit ses mémoires et meurt le 8 mai 1821. Sur son cercueil on dépose les habits qu’il portait à Marengo. Il est enterré sur place. [La victoire de Marengo, au nord de Gênes, remportée par Napoléon, chef d’armée, le 14 juin 1800, contre l’armée autrichienne du Maréchal von Melas, mit fin à la campagne d’Italie. Cette victoire renforça le pouvoir de Napoléon, après son coup d’Etat.].

twitter Napoléon (1800 1815) | Le 19ème siècle pinterest Napoléon (1800 1815) | Le 19ème siècle facebook Napoléon (1800 1815) | Le 19ème siècle google Napoléon (1800 1815) | Le 19ème siècle

Histoire de Paris

Your Comments

© 2013 paris-is-beautiful.com, All right reserved fr